Menu

Smart Greens : pour des produits frais à longueur d’année à votre table

Si nous voulons consommer des aliments frais, il faut parfois voir petit.

Smart-Greens-Cornwall-310C’est exactement ce que deux entrepreneurs de Cornwall font, en utilisant un conteneur maritime recyclé afin de cultiver des aliments, et ce, en direct de leur quartier.

Eric Bergeron et Eric Amyot ont lancé Smart Greens, une entreprise qui cultive des légumes frais dans une serre hydroponique construite à l’intérieur d’un conteneur d’expédition. Cette toute première ferme est située dans le cœur du centre-ville de Cornwall, à deux pas de plusieurs restaurants et épiceries.

C’est la première entreprise de ce genre au Canada.

« On peut goûter la différence entre un produit fraîchement récolté et un produit qui a passé deux semaines dans un camion, affirme Eric Amyot, l’un des cofondateurs de Smart Greens. Nous vendons nos produits le jour même où ils ont été récoltés. De plus, notre entreprise nous permet de réduire nos frais d’expédition et notre consommation d’essence, ainsi que d’augmenter la salubrité des aliments dans notre région. »

La ferme Smart Greens permet de produire plus de 1 200 plantes par semaine. Allison St. Louis, la principale fermière de la serre, fait actuellement pousser du chou frisé, du basilic et des épinards, et prévoit introduire d’autres variétés de cultures prochainement. Les chefs du coin sont impatients de mettre la main sur ces produits frais. Et les épiceries spécialisées passent déjà des commandes pour en garnir leurs tablettes.

Le système de chaque conteneur est entièrement automatisé à l’aide d’une interface iPad, qui contrôle le taux d’humidité, la température et le taux de nutriments. Grâce à l’isolation du conteneur et à un processus de croissance contrôlé, le climat à l’intérieur du conteneur permet de cultiver des aliments pendant toute l’année, peu importe l’environnement extérieur. M. Amyot et M. Bergeron prévoient aussi étendre le réseau de fermes Smart Greens à travers le pays.

« Nous croyons que ce système a un potentiel énorme dans chaque communauté, ajoute Eric Bergeron. Les grandes villes telles qu’Ottawa et Vancouver pourraient en abriter des dizaines. Ce système serait aussi idéal pour les communautés du Nord, où les aliments frais se vendent à un coût exorbitant. »

« Par exemple, les habitants de Whitehorse pourraient manger du chou frisé cultivé localement au mois de janvier! »

Les premiers choux frisés cultivés à la ferme Smart Greens de Cornwall sont sur le point d’être récoltés.

« Chaque ferme peut produire 54 400 plantes sans pesticides par année, en consommant peu d’électricité et d’eau, conclut M. Bergeron. La culture durable d’aliments sains dans les quartiers urbains est un système très excitant. De nos jours, la technologie peut permette à quiconque de devenir fermier, quel que soit le milieu d’où il vient. »